Archives pour la catégorie Docu

Mon histoire vers le libre

Le début d’une longue histoire

Alors, comme vous le savez, je suis très orienté en faveur du logiciel libre, et du libre en général.  J’en ai déjà d’ailleurs parlé ici : libre vs open source. J’ai aussi aborder les débats philosophique entre privateur et libre. Je soutiens comme je peux Wikimédia, LQDN (mon pixel), FDN ou encore Framasoft. Mais beaucoup parlent bien mieux que moi de cela (Ploum, ou encore Richard M. Stallman).

Cependant, je ne suis pas un modèle, oùùùùù non, je ne suis pas un modèle !

Je vais relater dans une suite de billets mon histoire du passage au libre, les différentes étapes, les galères, les succès, idem sur la mise en place d’outils de protection de ma vie privée et celle de ma petite famille… Tout ça, déjà pour aider les « non-full-geek » comme moi n’ayant que très peu de connaissances dans ces machins, en bref des utilisateurs « avertis », et aussi un peu pour m’obliger à passer au libre, comme un engagement entre vous et moi.

Wallpaper de Richard M. Stallman

Continuer la lecture de Mon histoire vers le libre

Création de valeur, système d’information, Internet, l’exemple de Piery

Très récemment, pour fêter notre décennie de vie commune (déjà) nous avons décidé de nous faire un cadeau. Quoi de plus sympa pour marquer le temps qui passe que de s’offrir une montre ?

Ni une ni deux c’est partie. Ma douce trouve rapidement montre à son poignet et moi je me cherchais une Seiko, convaincu par mon ami Arnaud. Et surtout parce qu’abordable dans leur gamme automatique. Me promenant dans une boutique j’en trouve une, la SSA023-2. Mais avant de claquer autant d’argent je veux voir ce que ça donne et surtout vérifier si mon sentiment de beauté peu se justifier de manière « rationnelle » par la qualité « perçue » du produit ! Je passe des coups de téléphones sur Grenoble et je regarde sur le net. Personne n’en a une, ce qui me convient car j’apprécie à ne pas avoir ce qui est trop disponible. En sus, un vendeur de chez Louis Pion me propose même de la payer, sans l’avoir essayée et de la prendre quand même ! Je n’y retournerai pas…

Bon, je poursuis mes recherches et je tombe sur le site de Piery, au demeurant pas trop mal fait et d’aspect propre. Je me rends compte que la notion d’omnicanalité ou autre terme barbare et de création de valeur avec un SI, longue traîne, tout ça, ils ont compris.

Je vais m’expliquer en décrivant cette histoire et plus fondamentalement en quoi leur initiative me paraît stratégique (cf. Information Systems for Managers de Gabe Piccoli) autour de quatre points. D’abord un résumé sur l’évolution des clients (moi dans ce cas). Ensuite, la longue traîne et le problème des magasins physiques et la gestion de données en temps réel, ou presque. Puis, j’aborderai quelques changements profonds liés à Internet avant de conclure sur la notion de service, d’avantage concurrentiel et de création de valeur.

Continuer la lecture de Création de valeur, système d’information, Internet, l’exemple de Piery

Des « labels » gouvernementaux pour consommer mieux

J’ai voulu écrire cet article suite au documentaire intitulé « la publicité avance masquée » sur France 5, que j’ai trouvé relativement moyen. Initialement destiné à entrer dans la rubrique des « liens du vendredi » je me suis dit qu’un véritable article serait sans doute plus pertinent.

Consommateurs comme tout le monde, aigri et malheureux de voir mon environnement tant social que naturel détruit, j’œuvre dans la mesure de ce que pense pouvoir faire, à l’amélioration de tout cela. Famille en partie agricultrice, j’essaye aussi de favoriser le lien social et les circuits courts. Mais même sans famille productrice c’est à la portée de tous, notamment grâce aux AMAP ou directement dans une ferme près de chez vous grâce à des initiatives comme les produitsfermiersloire.com. Mais, faisant partie des 10% les plus pauvres c’est parfois assez compliqué et j’en m’en remets donc à des sigles plus habituels. Ça n’aide que les circuits court, mais c’est mieux que rien…

Soumis de plus en plus aux lobbies et aux recherches scientifiques à rentabilité exigées, les institutions n’en restent pas moins les garants d’une certaine forme de recul et de protection des citoyens. Ce n’est en revanche pas le cas pour les entreprises qui sont soumises aux marchés et dans une moindre mesures aux lois avec comme principal soucis la rentabilité financière. C’est pourquoi parmi les certifications, sigles et autres labels, ceux qui comptent encore sont pour moi ceux des institutions. Ils sont au nombre de 7 en France, 8 si j’en utilise un autre qui me tient à cœur, qui ne labellise rien mais est résultat d’un concours. C’est toujours l’état (pour ces 7 la France ou l’Europe) notamment via l’Institut National de l’Origine et de la Qualité (site officiel) qui valide les cahiers des charges et contrôles les processus via nombres d’organismes, je l’espère, indépendants. En voici listés avec leurs descriptions (officielles sur le site du ministère de l’agriculture) et un commentaire. Tous les autres ne sont généralement que le fruit de préoccupations directement ou indirectement financières.

Continuer la lecture de Des « labels » gouvernementaux pour consommer mieux

Ce dimanche une petite citation d’Albert Jacquard, extrait du documentaire Albert Jacquard, jamais sans les autres. Diffusé le vendredi 13/09/2013 à 21h30 par G. Beauché, à environ 24 minutes 30.

Écrire E=MC² comme Einstein, c’est formidable ! Mais faire une bombe atomique, non, c’est pas formidable. De même, découvrir comment ça fonctionne un fœtus, un embryon, magnifique ! De comprendre ce qui s’y passe, bravo ! Mais faire un clonage sans avoir pris des précautions, non, c’est mauvais. Il faut bien donc, en amont de toutes les décisions concernant la pratique, la technique, il faut une morale, il faut une éthique. Malheureusement trop de gens croient, de bonne foi, que la finalité d’un laboratoire c’est de faire du bénéfice, c’est d’exporter, c’est de mettre des brevets en place, etc. Mais, c’est scandaleux ! La notion même de brevet est scandaleuse, il faut supprimer la notion de brevet. Évidemment, supprimer de proche en proche tout ce qui introduit l’économie dans des raisonnements éthiques.

Si ce raisonnement est légèrement bancale, amha parce que tiré d’un discours bien plus long, dans sa transition sur un jugement (« c’est mauvais ») la logique sous-jacente est vraiment attirante. Elle est aussi simple à comprendre mais avec des conséquences terribles sur le système actuel, qui montre beaucoup de signes d’un essoufflement fatal. Alors il faut peut-être y réfléchir.

Les enfants ne savent pas utiliser un ordinateur… Et voilà pourquoi cela devrait vous inquiéter

Note : cet article est une copie des traductions (ici et ) de cet article. J’avais envie de le traduire avec mon ami Bux mais l’auteur nous a informés que c’était déjà le cas (cf. conversation ci-dessous). Je tiens aussi à préciser que, si je suis d’accord avec le fond de l’article, je suis en désaccord total avec certains passages, par exemple sur l’utilisation de Power Point plutôt que d’un logiciel de présentation ou plus encore sur les compétences relatives des jeunes sur le « Pack Office »… Mais cela n’enlève rien dans l’intérêt de fond de cet article qui apparaît à la fin. Bonne lecture.


Trop long à lire ?1 Et pourquoi vous n’iriez pas plutôt regarder une autre vidéo de chaton avec sa tête dans un rouleau de papier toilette, ou la description en 140 caractères du repas qu’un ami vient de se fourrer dans la bouche. « miam miam ». Cet article n’est pas pour vous.


Continuer la lecture de Les enfants ne savent pas utiliser un ordinateur… Et voilà pourquoi cela devrait vous inquiéter

Les liens du vendredi

Pour aujourd’hui, quelques liens de mes voyages sur le réseau…

  • Un résumé de vos prochaines lectures, c’est génial et sur revues.org.
  • Les espèces invasives, ou plutôt les travers de notre globalisation, un docu sur pluzz.
  • dès 2003 l’UNESCO voulait la libre information et son accès au plus grand nombre, mais j’étais inculte de l’Internet…
  • Si comme moi votre niveau d’anglais n’est pas parfait, voici une petite extension au lecteur VLC (libre je le rappelle et j’insiste) vraiment pratique, testé et approuvé !
  • Un petit docu sur Astérix, vu via Korben.

Bon vendredi et bonnes vacances !

 

Les liens du vendredi

Pas mal de liens qui vous prendrons du temps cette semaine, mais bon, on est en août et tout tourne au ralenti !

Vous n’ignorez pas le rôle du lobbyisme à l’échelle française et même européenne (FR, EU). Cependant il semble que ces derniers soient pragmatiques, en tout cas j’aime bien ce qu’en dit le boss de l’agriculture à l’échelle Européenne :

« Sachez qu’il y a certaines limites dans l’agriculture au-delà desquelles même les lobbyistes ne peuvent pas aller sans risquer des conséquences très graves. Il y a une évidence qui n’est pas décrétée par la Commission et qui ne figure dans aucune loi : quand la connexion avec la nature n’est plus assurée, un problème arrive vite, comme par exemple, la stérilité du sol faute d’engrais. Eh bien, même ces lobbyistes qui ne soutiennent pas toujours la réforme, peuvent comprendre cette évidence. »

Dacian Cioloş, février 2013, sur Presseurop.eu, en parlant de la réforme de la PAC.

J’avais écrit voilà quelques mois un article sur Claude Bourguignon, il devrait penser à faire du lobbyisme aussi parce que j’imagine relativement mal monsanto s’occuper de la pauvreté des sols… Cela ne fait d’ailleurs pas du tout partie de leurs préoccupations (voir ici)

 

Eric Delbecque : quel patriotisme économique ?

J’ai assisté récemment à certaines conférences lors du festival de géopolitique de Grenoble Ecole de Management récemment. Intervenant dans un cours de Management de l’Information (dont j’ai parlé ici) je ne pouvais pas manquer l’intervention d’Eric Delbecque sur des questions de patriotisme économique mais en fait, fondamentalement, de politique industrielle.

Suite à quelques échanges avec lui voici un texte qu’il accepte de partager avec « le monde ». J’attends vos avis et opinions sur cet appel, à propos d’un épineux sujet posant un constat terrible sur nos élites, mais appelant à un renouveau de nos cadres de pensées. Voici le pdf de ce texte (1389 mots).

Continuer la lecture de Eric Delbecque : quel patriotisme économique ?