Mon histoire vers le libre

closeCet article a été publié il y a 4 ans 4 mois 24 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être dépassées...

Le début d’une longue histoire

Alors, comme vous le savez, je suis très orienté en faveur du logiciel libre, et du libre en général.  J’en ai déjà d’ailleurs parlé ici : libre vs open source. J’ai aussi aborder les débats philosophique entre privateur et libre. Je soutiens comme je peux Wikimédia, LQDN (mon pixel), FDN ou encore Framasoft. Mais beaucoup parlent bien mieux que moi de cela (Ploum, ou encore Richard M. Stallman).

Cependant, je ne suis pas un modèle, oùùùùù non, je ne suis pas un modèle !

Je vais relater dans une suite de billets mon histoire du passage au libre, les différentes étapes, les galères, les succès, idem sur la mise en place d’outils de protection de ma vie privée et celle de ma petite famille… Tout ça, déjà pour aider les « non-full-geek » comme moi n’ayant que très peu de connaissances dans ces machins, en bref des utilisateurs « avertis », et aussi un peu pour m’obliger à passer au libre, comme un engagement entre vous et moi.

Wallpaper de Richard M. Stallman

J’utilise encore Microsoft Windows 7 comme système d’exploitation principal. J’utilise aussi Microsoft Office, Flash Player, Google (GMail, Analytic, Adsense, Drive…), Dropbox, sans parler de Skype, SPSS, Kapersky, Avira, Opera, plein de pilotes (pour ceux qui savent pas) et d’autres logiciels totalement privateur.

Parfois il existe des alternatives libres abouties, parfois pas. Mais, de plus en plus soucieux de mes libertés et de la protection des mes données, particulièrement avec les derniers scandales (PRISM, LPM…) je souhaite accélérer mon passage en direction du libre et la protection de mon patrimoine informationnel. Tout cela découle directement de mon essai en cours sur Gnewsense, et Trisquel, de mon passage tout récent à Piwik en lieu et place de Google Analytics, tout comme ma suppression d’Adsense, qui ne me rapportait qu’1€ par mois de toute façon !

Je précise aussi que cela s’inscrit dans une démarche plus globale de préparation et de réflexion tant dans la vie physique (cours de survie avec le CEETS, entretien physique, …) que dans la vie sur le réseau (système libre, cryptage des données, …).

En résumé, non, Je n’ai rien à cacher, mais je n’ai pas non plus envie de le montrer.

GNU LogoLes premiers pas vers le logiciel libre

Jusqu’à présent, outre mon soutien à certaines associations, mes passages aux libres sont limités. Si, professionnellement, et c’est terrible, ce ne sont QUE des logiciels privateurs qui sont utilisés et que l’on fait utiliser à nos étudiants (pourtant une grande école de commerce) j’ai malgré tout effectué quelques passages, rapides et qui simplifient la vie, que je vous invite à suivre. En voici la liste.

  • Premier et sans doute plus ancien passage au libre, le lecteur multimédia VLC, il est simple, basique, fiable, lit tout sans se prendre la tête avec des codecs et autres. Ce logiciel est un petit bijou, et sous licence libre GNU/GPL.
  • J’ai longtemps utilisé Opera, un navigateur privateur très performant, Firefox quant à lui est d’une grande résistance, mais intègre beaucoup moins d’usages. Il reste cependant un navigateur qui respecte notre liberté et notre vie privée, c’est le plus important. C’est par ici que ça se passe.
  • Vous utilisez tous, ou avez utilisé, la suite Microsoft Office. Cette suite logicielle a énormément d’avantages surtout sur les dernières version en terme de simplicité. Il existe une alternative libre particulièrement sympa, Libre Office à utiliser et à faire utiliser sans limite ! D’autant plus que le format est totalement interopérable.
  • Qui n’est jamais tombé sur un fichier .zip, utilisable, ou .rar nécessitant de cracker winrar, ou autre ? 7-zip est une excellente alternative à vos logiciels de compressions.
  • Adobe reader est quant à lui un lecteur de pdf vraiment sympa, doté de plein de fonctionnalités, mais il prend quelques centaines de Mo sur le disque dur, et est privateur. Sumatra est un logiciel minimaliste qui lit énormément de formats et pèse dix fois moins.
  • J’ai besoin d’un logiciel de gestion de sources d’informations, Zotero, dont j’ai déjà parlé ici, est un logiciel libre édité par un organisme public vraiment intéressant. Permettant notamment de gérer de large bibliothèques de sources d’informations et de créer de superbe bibliographie grâce à un module d’intégration à Libre Office, ou, pour ceux qui ne l’utilisent pas encore, Microsoft Office.
  • J’utilise très souvent le notepad pour prendre quelques notes, ou tenir à jour une « to do list ». Une excellente alternative, qui gère entres autres les onglets, c’est notepad ++
  • Audacity, un logiciel qui permet d’enregistrer et de convertir des sons et de la musique. Utile pour retranscrire des entretiens, ou convertir sa musique dans un format libre, et sans doute plein d’autres choses.
  • HTTrack website copier, un outil génial pour parcourir des sites internet à la recherche de fichiers spécifique ou pour en faire une copie locale.
  • Filezilla, un logiciel permettant de télécharger des fichiers sur un serveur, notamment pour mettre à jour ce blog.
  • Bluegriffon, un éditeur HTML. En effet, nous utilisons une plateforme Moodle pour le e-learning à l’école et ce logiciel permets de réaliser simplement de jolies choses en HTML, sans forcément rentrer directement dans le code.

C’est une list réduite des logiciels libres que j’utilise régulièrement. Ils ne sont peut être pas les meilleurs sur certains domaines, ou les plus optimisés, ou que sais-je encore… N’hésitez pas à me parler des vôtres. Pour le moment je cherche un lecteur RSS sympa. Je pense partir sur Thunderbird, qui me servira aussi de logiciel de messagerie, mais si vous avez des suggestions je suis preneur.

Conclusion

Voilà, vous avez déjà une sensibilisation aux logiciels libres et quelques éléments pour commencer. Dans un prochain article je vous explique comment j’ai installé un système d’exploitation libre sur une machine virtuelle, et ce que j’en ai pensé ainsi qu’une petite introduction sur la protection de mon patrimoine informationnel, dans un environnement non-libre pour le moment.

Ensuite, comment je suis presque entièrement passé sur du logiciel libre et les difficultés rencontrées. En attendant, amusez-vous bien à découvrir le libre, seul à garantir votre contrôle sur les machines que vous avez achetées. En effet, quoi de plus terrible que de ne pas pouvoir utiliser ce que vous avez payé, si ce n’est la perte de sa liberté ?

3 réflexions sur “Mon histoire vers le libre

  1. Super! J’ai hâte de lire la suite. L’entrée dans le monde du logiciel libre, en tant qu’utilisateur conscient est une procédure très intéressante qui me donne envie de te lire ! Je rajouterais a ton introduction ceci:

    Toute personne est utilisatrice de quelque chose lié au principe du « libre »: A travers un ordinateur, en lisant un livre ou encore en préparent la cuisine nous somme tous les jours confronté a un bien, une technique ou une connaissance qui est libre ou qui a pu se construire grâce a un bout de connaissance libre. Pour revenir sur le sujet, lorsque un utilisateur lambda utilise un ordinateur, ou du moins quelque chose d’électronique il utilise presque à chaque fois du libre. Des règles de communications permettant a nos ordinateurs, téléphones de communiquer (ce qui permet internet) sont libre. Des briques logicielle de nos ordinateurs sont libre. Une grande partis des machines propulsant internet sont sous des système libre.

    Faire le pas vers le logiciel libre, c’est se s’entourer des outils qui permette de dépasser sa condition de simple utilisateur pour se tourner vers la maîtrise de son environnement.

    🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *