Pourquoi vous ne me trouverez pas sur Linkedin ? La réponse en quelques lignes…

closeCet article a été publié il y a 4 ans 7 mois 15 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être dépassées...

Sans doute, beaucoup de monde a déjà proposé cet article. Sans doute aussi beaucoup de personnes ne sont pas sur Linkedin pour les mêmes raisons, mais à la vue de l’ampleur de ce réseau et du nombre d’inscrits je pense que cet article doit être publié.

Comme souvent, pour ne pas dire toujours, quelque soit l’inscription que l’on est en train d’effectuer, l’achat d’un nouveau produit, l’installation d’un nouveau logiciel, on a tous un jours coché cette case certifiant que nous avons lu et que nous sommes d’accord avec les conditions d’utilisation, sans même avoir pris trente secondes pour lire le premier article de ces mêmes conditions.

Et c’est normal, un jargon juridique ultra-lourd, des dizaines de pages à lire, PARFOIS EN MAJUSCULES POUR D’OBSCURES RAISONS (sans aucun doute légalement justifiables), rendent ces textes simplement inutilisables sans avoir plusieurs jours à gaspiller, ou un diplôme de droit et quelques heures.

J’utilise moi aussi beaucoup de services restrictifs… Google en premier avec exactement les mêmes contraintes que je vais présenter ici. Je tente actuellement de tout faire (avec Bux) pour commencer de m’en passer (Gmail et Google Drive principalement) pour diverses raisons dont celle que je vais exposer.

Je ne condamne pas, évidemment (outre l’inutile complexité de ces conditions d’utilisation) leurs existences, comme pourrait le faire la FSF (avec raison) tout simplement car je ne vois pas d’alternatives économiquement viables (et non rentable, c’est différent,  je considère viable comme le fait qu’elle ne perd pas d’argent, rentable, qu’elle existe pour générer un profit).

Voilà le type d’accord qui entraîne mes abandons des services Google, ou mon absence de Linkedin… (exemple pour Linkedin, mais vous trouverez la même chose sous la rubrique « Vos contenus et nos Services » de Google ou encore ici pour Deviant-Art et pour tous les autres services dont « nous » produisons le produit (ou alors « nous » sommes carrément le produit)).

« vous concédez à LinkedIn un droit non exclusif, irrévocable, pour le monde entier, perpétuel, illimité, cessible, qui peut être l’objet de sous-licences, entièrement payé et libre de toute obligation à payer une redevance, de copier, élaborer des œuvres dérivées, améliorer, diffuser, publier, retirer, retenir, ajouter, analyser et utiliser ou commercialiser de toute façon actuellement connue ou à venir, tout élément que vous fournissez, directement ou indirectement, à LinkedIn, et notamment tout contenu généré par un utilisateur, toute idée, tout concept, toutes techniques ou données que vous soumettez à LinkedIn, sans autre autorisation, notification, et/ou contrepartie pour vous ou tout autre tiers. Toute contribution que vous nous soumettez l’est à vos risques comme expliqué aux articles 2 et 3 de ce Contrat. »

Comme vous le constatez, on concède beaucoup en contre partie de ce service, il suffirait simplement que cela soit, par exemple, non-perpétuel, non-illimité, non-cessible, non-commercialisable (entres autres) sauf avec mon accord et sur demande, pour que cela change énormément ma perception !

Mais s’il faut en retenir quelque chose, ne mettez jamais sur un service qui ne dépend pas intégralement de vous des données dont vous voulez « contrôler » la diffusion et ne mettez simplement jamais en ligne (où que ce soit) des données que vous ne voulez pas diffuser ! C’est vraiment une règle de base, logique, mais beaucoup ont tendance à l’oublier.

5 réflexions sur “Pourquoi vous ne me trouverez pas sur Linkedin ? La réponse en quelques lignes…

  1. Je ne m’étais jamais inscrit sur ce réseau jusqu’à il y a un mois ou deux. J’avais finis par le faire pour un autre site qui avait besoin d’un compte chez eux. J’étais passés plusieurs fois devant l’option de suppression de compte en hésitant.
    Bon bah c’est fait maintenant.

  2. Je dois avouer que Linkedin est sans doute le pire… Par exemple, si tu envoies un bout de code, un business model, une idée de produit, un concept via la messagerie de leur site ou autre, et ben ça leur appartient ! Google a au moins la décence de s’auto-limiter, mais que se cache derrière « la création de nouveau services… Si tu propose par mail un business model de régie publicitaire innovante, cela ne m’étonnerait pas qu’ils aient le droit de l’utiliser… Je vais demander de suite d’ailleurs…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *