Dis papa, à quoi ça sert les « meeting » politique…

closeCet article a été publié il y a 5 ans 5 mois 8 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être dépassées...

Regardant de loin la campagne (présidentielle, pas celle que l’on a à la fenêtre, autrement plus captivante), avec ma douce, car ayant déjà élu notre champion sur la base d’un programme largement accessible, une question nous a occupé quelques minutes :

Diantre (pour faire jolie), à quoi servent ces meeting politique ? (tous candidats confondus)

Et la conclusion c’était :

A RIEN, ou presque…

Je m’explique. Le meeting c’est quoi ? Une salle remplie de gens qui soutiennent déjà le candidat effectuant un discours toujours similaire, puisqu’il reflète son programme (c’est là une supposition, en partie démontrée par l’attitude des gens que l’on voit, (drapeau, banderole, hurlement, il est rare de voir des gens attentif, sans aucun signe de soutient).

Je n’ai trouvé qu’un seul article et un petit commentaire là dessus, que j’utiliserai à outrance (entre guillemets)pour argumenter ma pensée. D’abord, une petite partie sur le meeting d’aujourd’hui, acte irrationnel, puis sur ce que c’est que le meeting politique, la conclusion ayant déjà été donné ci-dessus.

Avant tout sur la dépense, sans même penser à l’usage… C’est qu’un meeting ça coûte très cher, c’est même le premier poste de dépense ! Ne pourrait-on pas diminuer le coût au profit d’autres choses ? Une réunion publique est moins chère  (ou un super easter egg avec un code Konami cf. image), et on retrouve un peu l’esprit d’antan de cette réunion qui avait pour but de débattre. Ce n’était pas un show au sens d’aujourd’hui, il fallait se battre pour ses idées et montrer qu’on était le meilleur. Maintenant il s’agit de ressasser un discours, toujours le même puisque basé sur un programme (j’insiste), de balancer deux trois critiques devant la caméra histoire de montrer qu’on a pas froid aux yeux et voilà. C’est un acte puéril, inutile, et couteux.

Cette mutation, apparemment, a débuté il y a un peu moins d’un siècle. « Au lendemain de la Première Guerre Mondiale, il est clair que la réunion politique ne sera pas ce forum citoyen où les individus se rendent pour échanger leurs idées et forger une opinion publique rassemblée ». On quitte l’espère de forum citoyen, pour le show, et ce n’est que le début. Je ne peux pas m’empêcher de penser à ce que j’ai appris sur l’Agora, ou les assemblées citoyennes abritant de véritables débats d’idées pour prendre des décisions, ici rien, juste un champion entouré de ses supporters.

Le seul intérêt, désormais, semble dans la droite ligne de ce qu’il c’est passé après la WWI.  « [L]’entre-deux-guerres révèle ainsi qu’ils [les meetings] sont organisés et commentés comme des démonstrations de force : force prouvée par le nombre de personnes assemblées et par la présence de signes de leur adhésion, la manifestation de leur enthousiasme. Les commentateurs font systématiquement ressortir la communion de la foule dans l’émotion.  » En bref, le meeting est devenu un instrument pour montrer qui a la plus grosse… (D’autres diront pour s’assurer du soutien, se motiver… Mais c’est du blabla, je vois mal un candidat ne pas être motivé, ou avoir des doutes…)

Et plus récemment ceci c’est précisé.  » Une enquête dirigée par Daniel Gaxie et Patrick Lehingue au début des années 1980 sur les élections municipales [OK c’est pas la même dimension, mais bon] montrait que « la présence à une réunion conforte une orientation politique préexistante et ne joue qu’un rôle infime d’information et de conviction pour les électeurs encore hésitants », et que « le meeting réunit des électeurs habitués à ce type de manifestations (…), qui ne s’y déplacent que pour écouter les orateurs dont ils sont politiquement proches ».  » Voilà, c’est confirmé…

« Avec la quasi-disparition des réunions contradictoires comme moyen de faire campagne, au profit de meetings partisans, puis avec la place croissante prise par les médias de masse, la télévision en particulier, la forme des meetings a changé […]  » et en mal pour moi. Je ne vois pas comment, ce gouffre financier peut rendre un quelconque service à qui que ce soit, à part les boîtes d’événementiels… Que le candidat propose un débat public avec universitaires, ouvrier, paysans, chef d’entreprises, sans question pré-pensées, et là on pourrait tirer de la substance. 

Finalement je me pose une question, quelle est la place de cette loi sur l’égalité du temps de parole dans ce constat ?

2 réflexions sur “Dis papa, à quoi ça sert les « meeting » politique…

  1. Alors la je suis tout a fait d’accord !
    Je pense que c’est un peu quelque chose d’admis collectivement que le meeting ne sert réellement a rien. Mais comme tu dis, le seul impact (et qui a malheureusement son poids dans notre système électoral) c’est bien de montrer qui c’est qui en a le plus.
    Il suffit de voir les meeting géant de l’UMP ou du PS dans des salles de concerts ou autre …
    C’est triste mais notre démocratie a été structuré pour ce genre de comportement politiques …

  2. Je sais pas si c’est triste, mais quand je vois le résultat aux élections… Ca fait flipper… Je me rappelle à mon bureau de vote, y’avait un gosse en train de ramasser des bulletins, je lui demande pour qui il va voter… Il me dit qu’il est trop jeune, et je lui demande, du coup, s’il pouvait, sans une once d’hésitation il me dit « Marine LE PEN, parce qu’elle est contre les arabes… »… Pas besoin d’en dire plus… Y’a un gros problème de société, un besoin de changement de système et d’éducation, et je crois que les gens votent FN pour ça… Mais le discours du gosse, ça m’a carrément choqué…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *