Ce que j’aurais aimé savoir en débutant le VTT

closeCet article a été publié il y a 7 ans 7 mois 20 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être dépassées...

Le VTT est un sport que j’aime particulièrement, pour diverses raisons. Mais attention, ne me demandez pas de vous dire qui sont les français médaillés, qui a gagné tel ou tel machin, je n’en ai pas la moindre idée. J’aime le VTT pour ce que je ressens quand je le pratique, tant pour cette agréable sensation de bien être que les sensations, les risques que la mesure, s’il est des sports paradoxaux et complexes – la plupart en fait – je mets le VTT une mesure au-dessus de la boxe où le seul paradoxe réside, pour moi, dans la violence ritualisée.

(update 2016 : correction de quelques images et de quelques liens, cet article étant très lu je me dois de le maintenir utilisable pour les nouveaux débutants ! Bon ride)

J’ai envie de partager avec tous les amateurs, ou futurs amateurs, de VTT tout ce qu’il me paraît important de savoir, ou plutôt ce que j’aurais aimé savoir avant de me lancer sur un VTT il y a de cela une dizaine d’année.

Pour rendre les choses plus claires, je vais organiser mon article en trois parties inégales. Une sur l’instrument, le VTT et sa pratique, une sur le moteur, vous-même, et une plus longue sur l’équipement, qui, un jour, vous sauvera la vie !

Mais avant de débuter, une courte introduction sur le VTT, car en quelques années, de significatives évolutions ont eu lieu. En effet, quelques années en arrières, le VTT était un Vélo Tout terrain, et les pratiques n’étaient réellement « que » ce qui s’appelle aujourd’hui le Cross Country (ou XC) et la descente (aux États-Unis apparemment…).

Frein Cantilever
Frein Cantilever

Des traditionnels freins cantilever à l’ancienne fourche rigide, le VTT est devenu une somme monstrueuse de technologie et aujourd’hui certains développent même de l’électronique pour ajuster les pressions des amortisseurs en fonction du terrain ! (version anglaise originale). C’est bien, mais le problème, c’est que la recherche a un coût, et il est élevé. De fait, si trouver un bon vélo abordable est maintenant devenu très aisé, c’est sur les pièces détachées, l’équipement et l’entretien que c’est devenu relativement cher. Alors il faut parfois faire attention au VTT que l’on achète et investir ce que l’on aura pas à dépenser pendant de nombreuses années ! En bref, il est devenu difficile de se repérer dans la quantité faramineuse de marques et de références. Le but de cet article est de vous apporter quelques éclairages pour un choix raisonné, mais aussi raisonnable !

 

Le VTT et sa pratique

Scott Spark 29 Pro
VTT Scott Spark 29 Pro, Cross Country Haut de Gamme

On peut distinguer (de manière arbitraire) pour faire simple :

 

  • Le cross country, que, dans ce classement, on pourrait traduire par randonnée. C’est la pratique de beaucoup, moi y compris, vous avez un vélo, un parcours, et vous allez vous amuser, que ce soit sur circuit en milieu naturel et faire quelques tours, que ce soit un parcours de 70 km peut importe, l’idée c’est de pédaler dans la verte !
  • La descente, sous toutes ses formes. Tout est dans le nom, on descend, vite, très vite même ! Pratique à risque et très technique pour les amateurs de sensations fortes, mais le coût d’entrée est relativement élevé.
Une figure en Dirt
Une figure en Dirt
  • Les diverses disciplines techniques et stylistiques (Dirt, Trial, Street), sur des vélos particulièrement robustes et en général très bas – avec un look de BMX ou de motocross – l’idée c’est de faire, dans un paysage naturel ou urbain, créé pour l’occasion ou pas, des figures toutes plus folles les unes que les autres ! Encore une fois, pour amateur de sensations fortes, et d’équilibre !

Notez qu’il existe d’autres disciplines, cf. cet article de Wikipedia. Vous y trouverez d’ailleurs tous les liens vers les disciplines et leurs descriptions exactes ! Je n’ai pas mis de détails car il n’existe, à ma connaissance, pas de véritables différences structurelles sur les vélos.

Je vais me focaliser sur le Cross Country (XC dans la suite de l’article). D’abord parce qu’il s’agit de la pratique classique du vélo, notamment pour débuter, mais surtout parce que c’est celle que je connais le mieux !

Choisir un VTT pour le XC c’est relativement difficile, mais plusieurs indicateurs peuvent être identifiables et utilisables pour choisir une gamme. Sachant que dans une gamme donnée, les marques se valent à peu près.

1. Votre niveau et votre pratique. En répondant à des questions vous pouvez évaluer facilement votre niveau et votre futur pratique du VTT. Ces questions sont :

(a) Je suis plus une sortie par semaine ! (et encore, minimum)
(b) ou une sortie par mois ? (mouais, pas sur non plus)

(a) J’ai un gros passé sportif et le VTT sera un sport dans lequel je veux m’éclater !
(b) J’ai plutôt envie de me remettre en forme et de trouver un sport sympa, sans devoir suivre les sentiers battus !

(a) Par tous les temps, tout le temps
(b) Avec des amis en balade tranquille, sympa et nature.

2. Votre budget, (ces groupements sont issus de mon expérience, et de rien d’autres, n’hésitez pas à me faire partager la vôtre) notez qu’il FAUT garder environ 160 € pour l’équipement):

(a) 0 à 699
(b) 700 à 1499
(c) > 1500

Et en résumé, si vous avez un maximum de (a) à la première question, vous allez aller vers une pratique sportive, plus de (b), vers un pratique à la limite du VTC (Vélo tous Chemins, le B-Twin de Décathlon en est un superbe exemple), avec lequel il faudra éventuellement trancher. En question subsidiaire, le budget va déterminer un peu votre étendue de choix, et de plaisir (par analogie, on peut dire qu’il est toujours plus agréable de s’entrainer au pilotage avec une Porshe qu’avec une Clio sport !).

D’abord, votre choix pour le VTT plutôt que le VTC se résume à ceci : est-ce que je vais aller pédaler hors des sentiers battus, sur des terrains avec des cailloux, dans des descentes assez rapides… ? Si la réponse à une de ces questions est oui, alors c’est un profil type VTT qu’il faut, si c’est non, partez sur un VTC – et lisez directement la partie sur l’homme et son équipement !)

Avant de partir en courant chez votre vendeur, il faut savoir que :

  • faire évoluer un VTT c’est très cher, bien plus que d’acheter dès le départ un bon VTT. Alors il faut y penser à deux fois avant d’éliminer un VTT qui coûte 100 € de plus mais qui a une fourche bien meilleure ! J’en sais quelque chose, c’est une erreur que j’ai commise, faute de budget par rapport à ma pratique.
  • Les freins à disque à câbles, même très corrects sont une source de petits soucis. Ils sont à proscrire. De même, il vaut mieux de bons freins type « V-brake » que de mauvais freins à disques hydrauliques. C’est pas pour rien que les VTT sont montés avec des V-brake et pas en disques pour les JOs ! Bon y’a aussi le poids…
  • Cadre semi-rigide ou tout suspendu ? Bonne question. C’est principalement votre budget qui va déterminer cela, un « vrai » tout suspendu ne coûte jamais moins de 900 € environ. Les plus ? Plus de confort, on commence d’avoir l’inconvénient du pompage – les suspensions absorbent une partie de l’effort que vous fournissez pour avancer – équilibré par un gain d’adhérence. Les moins ? Un peu plus lourd, un peu plus d’entretien, et beaucoup plus cher.
  • Le débat tubeless vs tubetype (sans chambre à air vs avec chambre à air) fait encore rage. Je suis personnellement passé au tubeless grâce -ou à cause… – de soldes monstres sur une paire de jantes, j’aime beaucoup le gain de confort (je roule sur un semi-rigide), d’adhérence et de fiabilité (avec du préventif dans les pneus), mais regrette le prix élevé – comptez 40 à 70 € par pneus, en bref, s’il ne me fait pas 2 saisons, je suis ruiné – .
  • Les pédales automatiques ne sont pas un luxe. Elles demandent effectivement une phase d’adaptation – je me rappelle de quelques chutes mémorables d’ailleurs. Mais elles apportent un véritable plus, que ce soit sur la facilité à pédaler, la puissance transmises, ou le sentiment de sécurité, notamment sur certaines descentes cassantes.

En dehors de ces quelques conseils, c’est surtout votre budget qui va déterminer votre VTT, sachant qu’une pratique vraiment intense et sportive aura nécessairement besoin d’une machine un peu plus performante que de la petite randonnée entre amis.

En clair :

Profil (b), budget (a).

LaPierre Tecnic 300 - 2011
Tecnic 300 2011

Je vais faire de la petite randonnées entres amis, mais je veux aussi m’amuser un peu. Pourquoi ne pas partir sur un vélo de la gamme Scott, Aspect, ou LaPierre Tecnic ? Pour ne citer QUE ses deux grandes marques (parce qu’il y en a, des marques). Aujourd’hui les noms ont changé pour Lapierre RAID.

Profil (a), budget (b).

Je fais au moins deux sorties par mois, de plus de 2h00, j’aime pédaler fort, et m’éclater pour revenir exténué. Partir, en restant sur les même marques, histoire de voir la différence, sur un Scott Scale, ou un LaPierre Pro Race

Scott Scale 80, modèle 2008

Si votre budget est sensiblement plus élevé (c), alors deux options. Gardez un peu d’argent, pour de l’équipement, des accessoires… Ou alors pourquoi ne pas partir sur un VTT tout suspendu, genre Lapierre XC, ou Scott Spark. C’est ce sur quoi je roule aujourd’hui en 2016, un Spark 50 de 2012.

Petite parenthèse sur les VTT Décathlon, et en général, distributeurs sportifs (Nakamura (Intersport), Go-sport…). Je n’ai eu que des retours positifs sur leurs sujets. Je fus à mes débuts l’heureux propriétaire d’un Rockrider 500 (Décathlon) qui roule toujours pour m’emmener au boulot, ma chérie ayant un B-Twin 5 (Décathlon, VTC), j’ai pu l’éprouver un peu, c’est une belle machine. Seul inconvénient : l’entretien, qui est fait dans des centres, soit, en généra, d’une à deux semaines sans votre vélo ! Je pense qu’il en va de même chez Go-Sport. Pour Intersport, dans celui d’à côté, un technicien compétent s’occupe de mon Scott. Donc pas d’attente ! (Et ça c’est un plus)

Maintenant que l’on a bien parler de votre véhicule, on va parlez de vous.

Ce qu’il faut savoir sur l’humain qui pédale

Il s’agit plus d’avoir du bon sens qu’autres choses :

  • Ne cherchez pas à faire une sortie de 4h00 dès le premier jour et sans un minimum d’entrainement (la méthode Lafay (proteo system) étant vraiment, pour moi, un must) et d’équipement. Allez-y progressivement, et faites-vous plaisir !
  • Ne partez pas bille en tête, prenez le temps de vous échauffer en y allant tranquillement au début, et en accélérant petit à petit (éventuellement, étirez-vous à la fin).
  • Pensez à vous hydrater, surtout s’il fait chaud, une gourde ou une poche à eau, cela fait partie de l’équipement obligatoire ! Boire une gorgée souvent (et avant d’avoir soif), pas beaucoup d’un coup, pas d’eau froide ou avec des glaçons, pas besoin de boissons machins truc, ou super bidules, au moins au début. De l’eau, avec éventuellement un peu de sucre et (plus rarement, et en cas d’effort vraiment long) de sel. Pour ceux qui doutent, voir ici. Le risque est grand, faites attention.
  • Évitez de partir seul et sans téléphone ! Surtout si vous débutez. N’hésitez pas à donner votre parcours à vos proches si vous partez seul malgré tout.
  • Ne partez pas à jeun, ou après une rude soirée. Attendez d’être opérationnel.
  • Ne partez JAMAIS SANS CASQUE !

Maintenant que les quelques règles de bases vous concernant sont exprimés, un petit mot sur votre équipement.

L’équipement du VTTiste

L’équipement lui aussi à bien évoluer ces dernières années, et il est devenu abordable, en partie. Il vous faut, soit sur vous, soit dans un sac à dos ou une sacoche pour vélo :

Rando VTT Itinérante sur Les Chemins du Soleil 2014
Pilote de VTT XC bien équipé

  • Poche à eau ou gourde (environ 1 litre par heure pour une randonnée soutenue s’il ne fait pas trop chaud (20°C)), j’ai le premier prix de décathlon (j’aime beaucoup pour l’équipement la majeure partie des liens pointe chez eux) à 15 € et ça va très bien.
  • Pas de une housse en gel, un bon short de VTT ou un cuissard. – comptez 50 € pour un bon cuissard, 30 € pour un bon short.
  • Mitaines ou gants, obligatoire, il s’agit de votre garantie contre les ampoules, les douleurs aux mains ou aux poignets, comptez une vingtaine d’euros.
  • Une paire de lunettes. Là aussi obligatoire, particulièrement en cas de randonnées rapides. Elle protèges les yeux des graviers, branches, et autres que vous allez obligatoirement rencontrer. Comptez de 10 à 500 € (attention, à ce prix là vous avez des lunettes machin truc à verre martien polarisant – j’ai personnellement une paire de lunette basique à 20 € avec 3 verres interchangeables. J’ai aussi eu une mauvaise expérience avec un premier prix très fragile qui n’a pas fini une saison).
  • UN CASQUE et je le précise, ne partez jamais sans ce dernier – pour la petite histoire, lors d’une descente, assez facile en plus, un ami a vu sa roue avant coincée dans un nid de poule. Il est partit en soleil et à littéralement giclé par dessus son vélo. Il est retombé tête première par terre, sur un caillou bien saillant. Il s’est relevé, le casque est presque tombé, coupé en deux. Je vous laisse imaginer s’il avait été sans… Comptez de 30 à 400 € (idem que pour les lunettes… J’ai personnellement un bon casque à 40 € qui me va très bien, et s’ajuste bien à ma tête, essayez-le avant d’acheter).

CASQUE ET LUNETTE OBLIGATOIRE

Sticker avec la mention "no helmet no ride"

  • Le T-shirt de VTT est facultatif, c’est surtout parce qu’il sèche vite et est respirant. Un T-shirt de sport classique fait bien l’affaire !
  • Si vous avez opté pour les pédales automatiques, comptez entre 50 et 100 € pour une paire de chaussure.
  • Le matériel nécessaire pour réparer une crevaison, ou une chaîne qui casse, à savoir un kit rustines (moins de 10 € avec colle, rustines, démontes pneus et toile émeri), une petite pompe (une vingtaine d’euros), voir une chambre à air de secours (3 €) et un simple dérive chaîne, voir une chaîne de secours.
  • Un kit de premier secours, en espérant ne jamais en avoir besoin. J’ai dans le mien, une paire de gants, de la bande, une pince à épiler, du désinfectant, des sutures rapides, une petite paire de ciseaux de la gazes et du sparadrap. Comptez de 10 à 20 €.

Tout cet équipement (y compris une paire de chaussures) vous aura coûté environ 160 €.

Quelques liens et références (je ne remets pas les liens vers Scott, LaPierre):

16 réflexions sur “Ce que j’aurais aimé savoir en débutant le VTT

  1. Tu m’a donné envie d’aller faire un tour de VTT ! Par contre ce sera avec un VTT assisté d’un moteur électrique héhé.

  2. ça arrive très très souvent, un collègue crève au grand minimum deux fois à chaque sortie ^^

  3. Très bon article, je te remercie, complet et efficace !
    Je vais tacher de suivre l ensemble des conseils…Mais j ai mal au fesses d avance !
    Bonne soirée

  4. Merci beaucoup à toi de commenter…. Pour les douleurs, même avant de partir, un bon cuissard et tout se passera convenablement ! Attention toutefois, l’investissement n’est pas anodin, ce serait dommage d’investir quelques centaines d’€ pour ne faire que quelques sorties !

  5. Mais de rien, j’insiste sur les protection, je suis encore convalescent suite à une fracture du coude en VTT, le casque et les lunettes ont sauvé ma tête, mon œil gauche ! Je m’en sors plutôt bien alors n’oubliez pas :
    Pas de casque, pas de vélo !

  6. Bonjour. Ces conseils sont tres bien pour les personnes débutant dans cette pratique, tres interressant.

  7. Pour un débutant, et un budget limité à 600 euros pour le vélo, tu me conseille quelle type de monture? J avais vu le rockrider 560

  8. En fait ça dépend de ce que tu veux faire avec ce VTT, si tu as besoin d’un VTT (y’a le petit test à faire). Si tu veux un VTT, pour cette gamme de prix la question c’est budget juste pour le vélo ou avec équipement, si c’est avec équipement, je pense qu’il est intéressant pour toi de partir sur un VTT d’occasion, même si c’est sans. A ce prix sur des bourses au vélo ou trocathlon tu vas pouvoir trouver de belle monture, peut-être même en tout suspendu. Si tu veux du neuf, impossible en suspendu. Pour le budget, je choisirai personnellement le Lapierre Raid 227 2016 mais après c’est un choix très personnel avec mes critères, il faut que tu en dises plus !

  9. Bonjour,
    Et moi qui ai toujours pensé qu’il est difficile de savoir si un modèle correspond parfaitement à un acheteur ou non. Au fait, je crois que le choix de vélo pour une première fois est très important. Miser sur un vtt pour du cross country est bon pour une personne. Elle peut même trouver plus de plaisir à pédaler un autre modèle, mais ce n’est pas le cas d’une autre personne. Pour certains, un vélo, c’est pour la vie! D’où l’importance de ne pas choisir n’importe quel modèle. En tout cas, que ce soit un modèle classique ou un vtt electrique , la sécurité reste une base immuable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *